Leonardo Cremonini, La fin de l’été, 1969-1970